Menu utilisateur

10-2015 - La cristation et la fasciation

Les pages botaniques du JBL

10-2015 - La cristation et la fasciation

Ecrit par JBL dans Jardin botanique de Lyon le 23 oct 2015

Frédéric Pautz - Jardin botanique de Lyon 

Fasciation, au mont Mauna Kea (Hawaï, février 2013), sur Verbascum thalpsus.

Les cristations et les fasciations sont des phénomènes aussi courants en culture qu’en nature. Elles sont observées au Jardin botanique de Lyon, sur des plantes au Jardin mexicain et dans les serres. Ce phénomène a été observé sur des euphorbes, cactées et agaves. Dans la littérature, il est indiqué qu’il peut aussi être observé ailleurs et sur d’autres espèces, comme sur des arbres ou arbustes (saules, érables, forsythias….) ou sur des plantes herbacées (Celosia, Delphinium, Digitalis, Primula…).

En botanique, l’étude de la partie de l’histoire naturelle et de la biologie qui traite des monstres, des formes exceptionnelles s’appelle la tératologie : du grec teras : prodige et logos : science.

La fasciation ou la cristation est un développement anormal de la croissance du méristème. Les pousses ont une symétrie bilatérale au lieu d’avoir une symétrie axiale. En effet, le point d’extrémité de la plante (l’apex), qui normalement se développe vers le haut en produisant des tiges plus ou moins cylindriques se fait ici dans une autre direction. Si le développement est horizontal, il en résulte des tiges en forme de faisceaux (fasciation) ou en forme de crêtes (cristations). Mais les tiges peuvent aussi être en forme de ruban, boursoufflées ou tordues.

Jean Michel Colodeau - Jardin botanique de Lyon Réversibilité de la cristation chez Cleistocactus baumannii

La cristation ou la fasciation sont un phénomène assez fréquent chez les cactacées (elle est signalée dans plus de 50 genres). En raison de la croissance illimitée du méristème linéaire, la tige s’aplatit en formant des crêtes avec à leur surface, les aréoles et leurs épines. Le nombre de nervures et de lignes spirales formées par les aréoles augmente mais la structure des aréoles ne change pas. Avec l’âge, les crêtes se développent en forme ondulante, d’éventail ou en forme de cerveaux. Tous les cactus en forme de colonne et globulaires ainsi que les opuntias peuvent être touchés par ce type de croissance anormale. Cela reste cependant rare car cette anomalie ne peut pas être provoquée.

Les espèces fasciées croissent plus rapidement que la normale. En effet, sur les crêtes, la surface de photosynthèse est accrue, ce qui conduit à une meilleure nutrition carbone, donc à une croissance plus rapide, mais fleurissent plus difficilement. Les cristations ou les fasciations ne peuvent pas être assimilées à un cancer, car les cellules conservent une morphologie normale et la multiplication cellulaire n’y est pas anarchique et incontrôlée. Elles correspondent à une structure de croissance différente de la forme classique. Les cristations ou les fasciations sont parfaitement réversibles, sauf si leur cause est d’origine génétique et non contrôlable. Leur durée est très variable.

Les principaux agents et facteurs qui causent les cristations ou les fasciations peuvent se classer en : causes génétiques (mal définies), infections bactériennes, fongiques ou virales, modifications des conditions environnementales diverses, et enfin, liaisons mécaniques ou des agressions chimiques.

    Auteurs : Jean-Marie Tête et Jean Michel Colodeau - Jardiniers botanistes

    En savoir plus :

    Démarche non mercantile de valorisation de la biodiversité à travers la diffusion des connaissances, la diversité des points de vue et l'usage coopératif du multimédia.