Menu utilisateur

Résilience - Et moi dans tout ça ?

Pour une résilience des territoires

Résilience - Et moi dans tout ça ?

Ecrit par Dodos-pdf dans Bio-Scène le 19 déc 2018

Statut - En cours de rédaction / Première base de travail nécessitant une synthèse vulgarisée pour communiquer sur la démarche de façon lisible.



Partie 2 - Action de Lobbying-citoyen - "interpeller son Maire"

L’enjeu lié aux changements climatiques est entré en force depuis quelques semaines dans le champs de la Société avec, notamment, la démission de Nicolas Hulot du Gouvernement et la création du collectif “Citoyens pour le Climat”. Le constat principal est que nos gouvernants ne font pas assez et que les citoyens ont désormais une place active à tenir pour que notre avenir à tous évite de se conjuguer au passé (Voir l’article Les dodos en éveil ?)

Derrière tout ceci se “cache” en effet une problématique de fond de première importance:, le risque avéré d’un effondrement global de nos sociétés et de conséquences en chaîne irréversibles si nous ne parvenons pas à bloquer d’ici 2020 (sic) cette course folle vers la croissance compétitive qui est la racine même de cet emballement climatique.

La question qui se pose alors peut se résumer ainsi : “Effondrement (versus constat tragique") / Résilience (versus éveil actif) - Et moi dans tout ça ?”
Autrement formulée, comment puis-je agir et interagir vis-à-vis du choix d’une autre société qui depuis des décennies nous échappe ? Comment retrouver de notre pouvoir d’action et nous positionner de façon démocratique pour signifier que nous refusons de subir la direction qui nous est imposée par nos “décideurs” politiques et surtout économiques ?  Et enfin, comment éviter d'accélérer l'effondrement tout en ne restant pas cloisonné dans notre sentiment d'impuissance individuelle et collective ?

Le moyen le plus simple ne serait-il pas de retrouver le sens de la démocratie ? Être des citoyens-décideurs et non plus des citoyens-consommateurs… Mais cela passera certainement plus par de la médiation que par la création de nouveaux conflits qui ajouteraient encore à la complexité de la situation et donc à l'augmentation du désordre…

Notre hypothèse de travail - trouver une démarche collective à la portée de tous

Pourrait-il s’agir tout “simplement” de commencer par "interpeller son maire" ?

Ce pourrait être en effet un moyen particulièrement simple et efficace, car à la portée de chacun, pour trouver un niveau d'action qui soit directement relié à son mode de fonctionnement personnel. Cela peut être fait pour soi-même à un niveau strictement local et/où à travers une action de "lobbying-citoyen" organisée qui mènerait à une démarche collective horizontale mais organisée, et donc avec un impact potentiellement global. Surtout c'est une action ouverte basée sur une volonté de dialogue et de médiation.

Interpeller son Maire - Pourquoi et dans quelle finalité ?
 

  • Je suis inquiet pour l'avenir et je n'ai pas de solution concrète ? J'interpelle…
  • Je suis optimiste et engagé localement avec des forces de propositions ? J'interpelle…
  • Je ne me sens pas à le faire tout seul ? J'interpelle en constituant ou en me raccrochant à un collectif…
  • Je suis un enfant, un ado, je suis un jeune adulte, je suis un retraité, etc… J'interpelle !

Et surtout, pour donner plus d’impact à cette action en la faisant entrer en raisonnance avec les attentes culturelles exprimée, je suis un gilet jaune, un marcheur pour le climat ou un citoyen engagé concrètement dans une transition personnelle et j'ai vraiment envie de faire bouger les lignes au-delà de ma propre personne ?

  • J'interpelle et je me forge des arguments pour trouver les mots et la manière justes afin d'obtenir les meilleures chances qui puissent satisfaire à mes attentes culturelles qui ne sont pas encore majoritaires dans la société et qu’il est de ma responsabilité de mieux partager.

En somme, l'idée principale de cette action est de (re)prendre possession de son "pouvoir" de citoyen (donc normalement de pouvoir “démocratique”) tout en s'appropriant dans une action collective une nouvelle forme de démocratie contributive & coopérative.

Il peut s’agir de relever le défi majeur qui s’exprime de plus en plus à travers la société : plutôt que desubir les conséquences d’un modèle passablement destructeur, il peut être judicieux à travers une telle initiative d’inverser pacifiquement (ça fera pas de mal, par les temps qui courent…), notre rapport à la démocratie. Et plutôt que de tout attendre d’elle sans rien proposer de concret et de constructif, l’opportunité s’offre de se prendre en main individuellement et surtout collectivement pour améliorer ce principe de base de toute vie en société, avant que celui-ci ne nous échappe totalement et que l’on bascule pour longtemps dans la violence et dans un autoritarisme forcené.

C'est donc également une action de formation-actions qui donne du sens à une "revendication" telle que le RIC (Référendum d'initiative Citoyenne), par exemple, et prépare concrètement chacun à exercer cette démocratie non plus en attente mais par l'exercice pratique de cette dernière.

Comment je peux passer concrètement à l’acte ?

1/ Les premiers éléments que chacun peut très facilement s’approprier :

L'action menée par "SOS-Maires" représente une véritable mine en matière de ressources disponibles pour comprendre l’enjeu Effondrement et surtout pour de trouver un premier levier d’action, même si vous estimez n’avoir aucune connaissance sur le sujet, ou si vous estimez n'avoir aucune compétence spécifique (hors, tout le monde dispose de compétences, la première étant notre capacité d’apprentissage…)

Il y a notamment quelques documents très simples qui sont libre au téléchargement et qui peuvent facilement enclencher un premier contact avec votre commune.

2/ Vous pouvez aussi rejoindre notre groupe de travail qui s'organise au sein de la CLIC / lobbying-citoyen – Pôle Action locale – qui a justement été créée pour partager des énergies, outils, des ressources et des envies collectives permettant de s’approprier ces enjeux - chacun à son rythme - et ainsi de devenir acteur de cette transition démocratique en se formant à être un “accélérateur de changement”.

Les effets induits dans cette idée simple d’interpeller son Maire

(A produire => carte mentale des "rétroactions positives" liées à cette action) - * Je m'interroge sur la pertinence d'emploi du terme rétroaction…

Finalités globales :

  1. Engager une démarche de communication pédagogique autour de la notion "d'effondrement" (sous l'angle "3ème révolution") et parvenir à esquisser chez chacun les bribes d'une compréhension systémique de l'enjeu.
  2. Parvenir à mobiliser les esprits autour de la notion adaptative de "résilience", non pas comme une voie de repli sur soi mais comme un levier concret et opérationnel de mise en co-évolution pour "se relier soi, les autres et le monde" (tout en se préparant concrètement au futur car tous les acquis seront utiles – voire indispensables – pour aborder ce moment dans une vision solidaire et non pas comme une lutte de tous contre tous).
  • Rétroaction 1 - Apprentissage d'une légitimité en tant que citoyen-décideur et non plus simplement citoyen-consommateur
  • Rétroaction 2 - Mise en œuvre d'un vécu concret pour s'approprier les notions de démocratie contributive et des outils qui mènent à une coopération en actes
  • Rétroaction 3 - Renforce concrètement l'essaimage et l'appropriation (dans un mode critique - et non comme une solution magique) du RIC (Référendum d'Initiative Citoyenne)
  • Rétroaction 4 - Lutte contre la désinsertion sociale et le "je-m'en-foutisme" par la mobilisation des compétences qui se trouvent dans la société civile, la première étant notre capacité d'apprentissage collectif pour appréhender la complexité du monde et des enjeux proches et lointains
  • Rétroaction 5 - Capacité (ou tout du moins potentialité) d'essaimer dans le champs sociétal des "accélérateurs de changement sur la base d'un modèle d'économie coopérative susceptible de répondre culturellement à un modèle débridé et sans garde-fous basé sur la prédation
  • Rétroaction 6 - Accélère une transition à dimension humaine et choisie individuellement par chacun (à son propre rythme) par le biais de la résilience communale
  • Rétroaction 7 - Médiation tournée à la fois vers le citoyen, mais également vers les élus (interpellation) et les autres sphères de la société (cf. schéma conceptuel des 4 piliers de Bio-Scène) dans une vision où l'impératif de relier les compétences s'exprime et où chacun peut apprendre à s'enrichir des différences pour ensemble parvenir à se projeter dans un avenir commun (et choisit à partir du réel - principe d'adaptation à la "fatalité" de Vincent Mignerot, voie certes difficile mais pour le moins pragmatique)
  • Rétroaction 8 - Utiliser en dernière option et toujours dans un principe de médiation les leviers qui permettent d'amener des comportements prédateurs ou compétitifs dans le champs de la coopération par le biais des échéances électorales ou des responsabilités juridiques de nos décideurs, censés représenter les intérêts de leurs concitoyens.

 

Démarche non mercantile de valorisation de la biodiversité à travers la diffusion des connaissances, la diversité des points de vue et l'usage coopératif du multimédia.