Menu utilisateur

Sciurus vulgaris

Nos dossiers thématiques en préparation

Sciurus vulgaris

Ecrit par Michèle Macquet dans Côte d'Albâtre le 22 avr 2021

L' écureuil roux

Strictement forestier et arboricole, l'écureuil roux est le plus gros des rongeurs de ce type de milieux.

Il appartient à la famille des Sciuridés. Diurne, c'est le seul écureuil autochtone en France sauf en Corse et dans les îles atlantiques.

Il a failli disparaître lors de l'introduction de l'écureuil gris originaire de l'est des Etats Unis.

Son pelage varie du roux gris brun au gris foncé, au noir mis à part le ventre qui reste toujours blanc.

Sa taille sans la queue mesure environ 18 à 25 cm auxquels s'ajoutent plus de 16 à 20 cm de queue. Son poids en moyenne ne dépasse guère les 600 grammes. Son pelage épaissit et s'allonge en hiver ce qui rend les « pinceaux » des oreilles visibles.

Son squelette léger, ses longues griffes en font un grimpeur émérite. Il n'est pas rare de le voir sauter avec agilité de branche en branche ou de faire de grands bonds en étalant sa longue queue et en écartant ses quatre membres.

A la moindre odeur de prédateur, il escalade l'arbre, passe sur la face cachée et se colle immobile contre l'écorce. A plus de trente mètres de haut, il descend, monte, saute d'un arbre à l'autre avec une agilité et une facilité déconcertantes.

La température de son corps à 39° permettent ces performances.

Sa longue queue en « panache » lui sert de balancier et de gouvernail lorsqu'il grimpe ou bondit dans les arbres mais aussi de signal optique en période d'accouplement ou pour exprimer certaines émotions. Il nage bien.

Sa couleur brune ou rousse le rend discret en automne dans les feuillus et au sol lorsqu'il enterre ses graines ou mange ses champignons souterrains.

Il vit à proximité des forêts ou des bois.

C'est un individualiste marquant ses itinéraires de repères olfactifs qu'il semble être le seul à reconnaître, cachant ses stocks de graines ici ou là.

Il passe de longues séances de toilettage pour éliminer les parasites qui colonisent son pelage ; il adore les bains d'herbes, de poussière et manifeste une activité débordante impressionnante même en hiver. Il n'hiberne pas mais reste en léthargie prolongée par grand froid. Des hivers très rigoureux peuvent lui être fatals.

Son régime végétarien ( graines de résineux, d'épicéas, pins, sapins, entre autres, glands, châtaignes, noix, noisettes, faînes, baies, écorces, champignons ) est peut-être le moteur de cette activité fébrile. Il absorbe de la terre pour ses besoins minéraux secondairement de petits animaux.

Lieu de reproduction : généralement dans un nid plus ou moins sphérique à plus de six mètres de haut contre le tronc de l'arbre, dans le houppier, dans un arbre creux ou encore dans un vieux nid de corneille noire.

Les parois sont en branches feuillues ; l'intérieur garni de mousse, d'herbes.

Chaque individu possède plusieurs nids dont un seul sera utilisé pour la reproduction.

Sa durée de vie est de six à sept ans en liberté et de dix en captivité.

La famine, le trafic routier et ses prédateurs, martres, rapaces diurnes, nocturnes éliminent une grande partie des portées.

Aimé et protégé par une grande partie de la population, il doit, espérons-le, nous accompagner encore longtemps dans nos promenades forestières.

Démarche non mercantile de valorisation de la biodiversité à travers la diffusion des connaissances, la diversité des points de vue et l'usage coopératif du multimédia.