Menu utilisateur

La Paix Économique

La Paix Économique

Ecrit par Dominique Steiler dans Bio-Scène le 10 avr 2020

“Le COVID-19 présente des aspects à la fois négatifs et positifs. Il constitue une menace pour le statu quo et donc révèle nos défauts, nos erreurs…
La période actuelle représente donc une occasion parfaite pour corriger les déséquilibres et progresser vers un autre niveau d’organisation”.


En podcasts vidéo

> Voir la série complète en play-list > Scénario Post-Covid : La Paix Économique.
Podcast réalisé en dialogue entre Dominique Steiler - Titulaire de la Chaire Paix Economique à Grenoble - et Philippe Macquet.

Scénario Post-Covid

On en fait quoi de cette expérience ?

Alors que la guerre classique offre toujours un espoir de paix aux combattants, la guerre économique, elle, ne lui propose en récompense de son engagement aucun espoir particulier d’un temps meilleur autre que les illusions de la richesse, du pouvoir et de l’orgueil.

Elle n’a pour horizon qu’elle-même et justifie un état de violence institutionnel permanent, une violence structurelle. Alors qu’elle était invisible depuis longtemps et ne se disait pas, elle s’affiche aujourd’hui dans les dommages qu’elle produit et attise son propre feu par les menaces et les peurs qu’elle engendre : perte d’emploi, délocalisation, chômage, marginalisation…

La Paix Économique, comme réponse culturelle

L’objet principal de la paix économique est dans un premier temps de créer un pendant à la notion de guerre économique.

Elle représente un mot d’ordre, une forme d’indignation dont l’objet serait de mettre en mouvement les énergies citoyennes vers le bien commun. Son intention première, en s’appuyant sur la propension humaine à la coopération, serait donc de réinventer un horizon possible à l’activité économique qui redonne du sens et qui, par le partage et la mise au service, réintroduit de l’émerveillement et de la beauté dans la vie quotidienne.

Elle s’appuie sur des actions concrètes et pragmatiques qui vont de la gentillesse quotidienne, au droit au désaccord pour tous, à la transformation d’une culture managériale en passant par l’amélioration des transports grâce aux efforts conjoints d’entreprises privées et d’une communauté de commune.

La paix économique se propose d’envisager de nouvelles façons de faire l’économie et de travailler ensemble. Si le sens est recherché, il se retrouve, non pas uniquement de manière indivuelle, mais dans l’élan et la joie retrouvées à travailler ensemble pour créer plus grand que nous – même si cette création est triviale.

Si la paix économique est une révolution, c’est parce qu’elle tente une réelle inversion des croyances, des valeurs et des attitudes envers le monde les autres et soi-même. Elle requiert « des hommes et des femmes debouts », qui journalièrement valorisent des comportements de coopération avant ceux de compétition et d’agression. Elle ne se base pas sur un paradigme lié à une peur qui rétracte : « seuls les plus forts survivront », mais sur le constat de ce qui a fait notre succès : la coopération et la bienveillance.

Enfin, elle ne laisse plus le « droit de guerre » et surtout le « droit de paix » aux puissants, mais le rend accessible au plus grand nombre par son action quotidienne : nous avons ce pouvoir de décider de nos comportements de paix et de bienveillance, tous les jours et le bon moment pour démarrer c’est aujourd’hui, là où vous êtes.

Comment passer du subir à l'agir ? Comment élaborer démocratiquement la société que l'on est en droit décider pour demain ?
Comment contribuer à la sortie de notre confinement sociétal, à partir d'une stratégie de changement de cap social, économique et donc écologique ?
> Découvrez la stratégie "Archipels de la Symbiose"

> Parcourez également notre podcast sur la démarche "Archipels de la Symbiose"

Liens externes
> Découvrir le site de la Chaire de la Paix Économique
> Livre "Osons la Paix Économique" aux éditions Deboeck superieur

Démarche non mercantile de valorisation de la biodiversité à travers la diffusion des connaissances, la diversité des points de vue et l'usage coopératif du multimédia.