Menu utilisateur

Famille des Amphisbénidés

Les Fiches BS - Guyane

Famille des Amphisbénidés

Ecrit par Bio-Scène dans France Equinoxiale le 21 Jan 2018

Cliché Antoine Fouquet - Amphisbaena vanzolinii - (Amphisbène de Vanzolinii) - Localité non communiquée - (973-Guyane française)


Statut - En cours de rédaction

Généralités

Les amphisbènes font partie de la classe des Reptiles et appartiennent à l'ordre des Squamates, mais ce ne sont pas des Serpents (qui eux font partie du sous-ordre des Ophidiens). Ils se regroupent sous le terme générique de "Lézards-vers annelés".

Contrairement à la très grande majorité des lézards – et à l'instar des serpents – les amphisbènes se caractérisent par le fait d'être "apodes" (c'est-à-dire, dépouvus de pattes). Ils paraissent appartenir à un groupe très anciens qui n'a que très peu évolué au cours du temps.

Certaines espèces peuvent faire penser à de gros vers de terre en raison d'une couleur rose. La biologie de ce groupe reste mal connue en raison de leurs mœurs fouisseuses et de la rareté relative des observations réalisées sur le terrain.

   

De gauche à droite : Amphibaena vanzolinii (Vincent Rufray) - Amphibaena vanzolinii (Antoine Fouquet) - Amphisbaena alba (Maël Dewynter) - Amphisbaena fuliginosa.


Le mode de vie de ces espèces est à priori adapté à des moeurs nocturnes – ou tout du moins vivent-ils dans des galeries souterraines et arpentent-ils l'humus sous la litière. Cette adaptation au fouissage leur permet de bénéficier d'une température constante et de fuir la lumière du jour.

Ainsi, les yeux sont-ils devenus grandement atrophiés. Mais restent-ils cependant visibles et protégés par une écaille…

La tête, pour sa part, n'est pas séparée du corps, et le cou est pour tout dire quasi inexistant. L'apparence générale fait penser à une sorte de lézard sans patte un peu caoutchouteux, et au toucher (avec tout le respect du à son rang) l'impression se trouve encore renforcée.

Bien que totalement innofensifs et aucunement agressifs, nul besoin d'en profiter pour importuner ces surprenants amphisbènes. Pourtant placide, le pincement de doigts peut faire réfléchir l'imprudent qui voudrait profiter de son statut d'humain curieux… La prise de vue en photos ou mieux, une petite séquence vidéo feront bien l'affaire pour immortaliser cette rencontre toujours intéressante. Il est pourtant triste d'observer l'élimination irréfléchie – par simple ignorance – de ces pacifiques représentants de notre faune, geste qui est encore bien malheureusement commun…

Détail des genres & distribution géographique

Animalia > Chordata > Reptilia > Amphisbaenidae

Les 174 espèces reconnues à ce jours dans cette famille (source Catalogue-of-Life 2017) sont réparties dans 11 genres et leur répartition géographique s'étend sur une bonne partie de la zone Afro-tropicale (continent Africain => Afrique australe, Afrique de l'ouest, Afrique de l'est et du centre), ainsi qu'en zone Néotropicale (=> Amérique du sud, pour une autre bonne parties des espèces ainsi que quelques-unes aux Antilles ou au Panama).

  • Genre Amphisbaena > 106 espèces > Amérique du sud (dont Guyane française) - Antilles - Panama

  • Genre Ancylocranium > 3 espèces > Tanzanie - Somalie - Éthiopie

  • Genre Baikia > 1 espèce > Endémique du nord du Nigeria. Présence incertaine au Cameroun.

  • Genre Chirindia > 5 espèces > Afrique australe - Afrique de l'Est

  • Genre Cynisca > 20 espèces > Afrique de l'Ouest - Afrique centrale

  • Genre Dalophia > 6 espèces > Sud de l'Afrique

  • Genre Geocalamus > 2 espèces > Kenya et en Tanzanie

  • Genre Loveridgea > 2 espèces > Endémiques de Tanzanie

  • Genre Mesobaena > 2 espèces > Amérique du Sud

  • Genre Monopeltis > 20 espèces > Sud de l'Afrique

  • Genre Zygaspis > 7 espèces > Sud de l'Afrique​


Sources et liens externes

> Voir tous les médias dans la collection Bio-Scène   •   > "Et moi dans tout ça ?"
> Consulter (ou retourner) à la liste des "Serpents de Guyane"

Démarche non mercantile de valorisation de la biodiversité à travers la diffusion des connaissances, la diversité des points de vue et l'usage coopératif du multimédia.