Menu utilisateur

Le Moulin d’Ancette

Vivre la biodiversité-France

Le Moulin d’Ancette

Ecrit par Karine Bontemps dans Saint-Julien-d'Ance le 16 mai 2020

Architecture

Autrefois la région regorgeait de moulins, et chaque cours d'eau en mettait plusieurs en mouvement. Sur le territoire de la commune de Saint Julien d'Ance on a pu en dénombrer 11, et un même bâtiment pouvait regrouper plusieurs meuniers, utilisant le même bief mais imposés séparément.

La date de la construction du premier moulin d’Ancette n’est pas connue mais sa présence est attestée le 2 octobre 1345, dans un acte parchemin.en peau de chèvre.

Parchemin

Depuis le XIVème siècle, le bâtiment a été remanié et reconstruit un certain nombre de fois. La dernière modification importante, datant de 1868, a tenu compte de l’unicité de l’exploitation.

Le moulin actuel a donc été construit en 1867 sur les ruines d'un ancien moulin, datant lui-même des années 900, (époque où la technique du moulin s'est développée). Il appartenait au Seigneur de Piassac (le hameau juste au-dessus d’Ancette) et faisait partie de la commune de Saint-Georges-Lagricol.

En 1868, la commune de Saint Julien comptait 7 moulins aujourd'hui tous disparus, transformés en résidence ou en ruine.

Le Moulin d’Ancette a été transmis de génération en génération en restan,t toujours dans la même famille.

En 1639 apparaît le patronyme Salanon Vidal.

1976 marquera la fin du Moulin par l’arrêt de la production de farine pour animaux.

 

 

 

 

Fonctionnement du moulin

 

Présentation générale du moulin et Caractéristiques du moulin :

Il s'agissait d'un moulin à façon : les agriculteurs amenaient leur grain et récupéraient ensuite la farine.

Pendant la guerre de 14-18 le patron du moulin travaillait avec 2 ouvriers : l'un aidait au moulin, l'autre faisait la tournée des fermes en voiture à cheval ; lever à 4 heures ; 12 à 15h de travail par jour ; 30frs par mois, nourri logé.

C’est un des plus grands moulins de la région : 150 m² au sol

Les installations

 

 

L’ensemble actuel de meunerie, composé de quatre meules, a tourné professionnellement jusqu’à l’avant-guerre, puis à seule fin domestique (nourriture des animaux de la ferme d’Ancette) jusqu’en 1976.

Deux des meules étaient destinées à la fabrication de la farine panifiable (pour la fabrication du pain). Elles ne fonctionnent plus depuis 1926). Le rendement moyen était de 80kg de grains à l'heure.

Une des meules servait à produire de la farine pour l'alimentation du bétail (arrêt de fonctionnement en 1976).

Un meuleton 

 

Le meuleton était utilisé pour produire de l'orge perlée. Par écrasement de la graine, on la débarrasse de ses enveloppes adhérentes (les glumés)

L’orge perlée était consommée par l'homme, notamment pendant la guerre). On en faisait de la soupe. Il fallait plus de 3 heures pour fabriquer 35kg d'orge perlée.

En août 2020, grâce à la Gaec de la bienvenue qui nous a fourni l'orge bio et l'accès à la vanneuse, Denise Choulat, Alain Dolmazon et Karine Bontemps ont reproduit les savoir faire de nos anciens et ont fabriqué de l'orge perlé dans le meuleton du moulin d'Ancette. Cette vidéo illustre les différentes étapes et montre le résultat obtenu.

On s’en servait également pour « mailler » le trèfle c’est à dire pour récupérer la graine que l’on semait l’année suivante. Le trèfle est une graminée destinée à l'alimentation des ruminants. Après ramassage des fleurs puis séchage, elles étaient mises dans le meuleton qui les écrasait pour extraire les graines et servir de semences l’année suivante.

Le pourtour en bois du meuleton apparaît comme très ancien, en tout cas antérieure de plusieurs siècles à la dernière transformation du moulin, et pourrait être un témoignage des premiers temps du moulin.

Les différents types de céréales : 

Le blé

L'épeautre 

L'orge

Le sarrasin

 

Fonctionnement de chaque meule

Un chéneau (ou goulotte) par meule pour amener l'eau : Le chéneau était auparavant taillé dans un tronc d'arbre.

 

L’eau met en mouvement des roues horizontales. Cette technique nécessite peu d'eau ; une faible chute suffit ; c'est la vitesse de l'eau et non le poids de l'eau (contrairement à une roue à aube verticale) qui fait tourner la roue ; cette technique était très développée dans la région.

 

La roue entraîne à la fois la meule et le blutoir : voir l'originalité du pignon d’angle en bois qui démultiplie le mouvement et fait tourner le blutoir

Les 20 augets (ou godets, ou cuillères) qui composent la roue hydraulique. Initialement ils étaient en bois, comme sur la roue du fond. Plus tard ils ont été remplacés par des augets en fonte.

Trémie : réserve de grains au-dessus de la meule : Voir la trémie de l'avant dernière meule : elle date de 1858 et est en parfaite état de conservation,

Le blutoir ou bluterie :

vaste cylindre : tamis tournant sur un axe légèrement incliné servant à séparer le son de la farine. A l'origine la toile était en soie, actuellement elle est en nylon. Quatre sortes de produits sont tamisées en fonction de la taille des trous, le plus gros étant le son.

La maille de la toile est de moins en moins fine, en partant de la gauche vers la droite ; au début tombe la farine la plus fine pour le pain ; puis la farine à son,  enfin le son pour les animaux qui s'évacue à l'extrémité du blutoir,

Le blutage est le terme signifiant le fait de séparer le son de la farine.

Les meules

La meule tournante est la meule supérieure ; celle du dessous, la meule dormante, est fixe

Caractéristiques : poids : 900Kg, diamètre 1,6m ; origine : région parisienne : La-Ferté-sous-Jouarre (Seine-et-Marne). Elles sont en grès très dur ; les pierres étaient piquées régulièrement.

Les meules sont dans un coffre en bois : l'archure.

Système de renvoi permettant de régler l'écartement des meules : système vhttp://forgesdaunishistoire.e-monsite.com/pages/puydrouard-histoire-des-moulins/histoire-de-l-industrie-meuliere.htmlerticale puis renvoie par pièce en bois horizontale, permettant le réglage à partir du sol de la salle du moulin (moins de 2 mm entre les meules)

Potence : Treuil : système de préhension permettant de soulever les meules pour les piquer ou les réparer ; tous les 3 à 6 mois ; appareil de levage de l'époque ; système avec pas de vis entièrement en bois,

 

Bancs à l'arrière : servaient à y déposer les sacs, pleins de farine ou de grains,

Caractéristiques des 3 paires Meules

  • Poids de chaque meule : 800 kg
  • Diamètre 1,5 m
  • Hauteurs 24 cm pour les meules dormantes et tournantes
  • Matériau : silex 

Caractéristiques du Meuleton

  • Le diamètre du pourtour en bois est de 160 cm.
  • Diamètre 170 et épaisseur 23 de la meule 
  • Le meuleton ou maille est une pierre monolithe de granit de pays très épaisse, tronconique, petit diamètre 42 cm, grand diamètre 46 cm et longueur 47

Caractéristiques des 4 Roues horizontales

 

  • Une roue en bois en Douglas constituée de 20 Augets ou Cuillères en bois 
  • 3 roues en fonte
  • Diamètres 120 pour le meuleton et 130 140 pour les deux autres roues en fonte et 150 pour la roue en bois

Caractéristiques hydrauliques

  • Le débit disponible de la rivière varie de 0,6 à 2 m3 secondes (hors crues)
  • La chute est de 2 mètres 50 environ
  • La force motrice est de 13 chevaux

 

Chaussée : Seuil et bief

Le bief (ou béal, ou canal) : 1200 mètres de long entre la chaussée sur l’Ance et le moulin d’Ancette, il y a 1.34 m de hauteur sur la chaussée.

 

Les outils : 

Le dernier meunier, Joseph Salanon, possédait une collection d'outils qui a été inventoriée et photographiée par ses cousines, Annie et Aline Vallée : l'ensemble de ce travail est disponible dans la Collection.

 

Pour en savoir plus, vous pouvez découvrir les articles publiés par la Fédération des Moulins de France

https://fdmf.fr/moulins-de-france/liste-moulin/france/auvergne-rhone-alpes/haute-loire/moulin-dancette/

Pour visiter virtuellement le moulin, une belle vidéo de TVVP Antoine Blanchard

https://www.youtube.com/watch?v=Fdbvqb0k3Cc#action=share

 

Démarche non mercantile de valorisation de la biodiversité à travers la diffusion des connaissances, la diversité des points de vue et l'usage coopératif du multimédia.