Menu utilisateur

Sciurus vulgaris

Les fiches BS - Espèces

Sciurus vulgaris

Ecrit par Aye-Aye environ... dans Bio-Scène le 20 oct 2015

LES FICHES BS - ESPÈCES

L'Écureuil roux

Sciurus vulgaris

Group

CLASSIFICATION

Règne : Animalia (Animal)
Classe : Mammalia (Mammifère)
Ordre : Rodentia (Rongeur)
Famille : Sciuridae (Sciuridé)
Genre : Sciurus

DESCRIPTION

Taille : tête et corps 18 à 25 cm, queue 14 à 20 cm, Poids : 200 à 480 grammes

L’Ecureuil roux se reconnaît à :

  • Son corps allongé 
  • Son pelage épais, de couleur variable :
  • Le dessus uniformément roux, brun, ou noirâtre, en fonction des saisons
  • Le dessous blanc en toutes saisons
  • Son gros œil noir
  • Ses oreilles longues, pointues, terminées par une longue touffe de poils
  • Sa queue très touffue en panache, aussi longue que le corps.
  • Son empreinte : 4 doigts aux pattes antérieures (petites mains), et 5 doigts aux pattes postérieures
  • Ses gloussements : «tiouk tiouk tiouk», associés à un piétinement et à des mouvements de la queue.

REPARTITION

L’Ecureuil roux est répandu dans toute l’Europe, et en Asie jusqu’au Japon. Il est présent, jusqu’à 2000 mètres d’altitude (limite supérieure des forêts), dans toute la France, excepté en Corse et sur les îles de l’Atlantique (Ouessant, Oléron, etc.). 

HABITAT

  • Bois et forêt de feuillus avec un sous bois dense
  • Bois et forêt de conifères avec un sous bois dense
  • Bois et forêt mixtes avec un sous bois dense
  • Parcs, et jardins boisés possédant de grands arbres

L’Ecureuil roux n’hésite pas à vivre à proximité des habitations humaines.

COMPORTEMENT

L’Ecureuil roux est diurne et arboricole. Grâce à son squelette léger, et ses longues griffes, il grimpe très bien aux arbres et saute avec agilité de branche en branche en faisant de grands bonds, en étalant sa queue et en écartant les membres quand il saute. En présence d’un prédateur, il escalade un arbre, passe sur la face cachée et se colle, immobile contre l’écorce. Il nage également bien et est solitaire en dehors de la période de reproduction.

En hiver, il n’hiberne pas, mais, par mauvais temps, il peut rester dans son nid plusieurs jours de suite.

RÉGIME ALIMENTAIRE

Essentiellement végétarien, l’Ecureuil roux se nourrit principalement de graines de résineux (épicéa, pins, sapins), glands, châtaignes, faines, noix, noisettes, baies, fruits, écorces, aubier, bourgeons, boutons floraux, pousses, champignons. Très secondairement peuvent s’ajouter quelques petits animaux (escargots, insectes, oeufs et oisillons). Il absorbe aussi de la terre pour ses besoins en minéraux. Les Ecureuils font des «provisions» dans des cavités ou dans la terre, surtout pour l’hiver et, en les oubliant régulièrement, participent à la régénération de la forêt.

REPRODUCTION

Le nid de l’Ecureuil roux est plus ou moins sphérique et se trouve généralement à plus de 6 mètres de haut, contre le tronc de l’arbre, dans le houppier, dans un arbre creux, ou encore dans un vieux nid de Corneille. Les parois sont en branches feuillues, l’intérieur est garni de mousses et d’herbes. Généralement Chaque individu possède plusieurs nids dont un est utilisé pour la reproduction. La maturité sexuelle est atteinte à l’âge de 10-12 mois. Les copulations ont lieu de décembre à juillet, mais surtout de janvier à mars. La gestation dure 36 à 42 jours. Il y a 1 à 2 portées annuelles de 3 petits. Les femelles sont réceptives pendant 1 jour. Les jeunes sortent du nid à 7 semaines. Sevrés entre la 7e et la10ème semaine, indépendants entre la 10e et la 16e semaine. Seule la femelle s’en occupe. Elle les transporte ailleurs en cas de dérangement.

PREDATEURS

L’écureuil roux a bon nombre de prédateurs tels renard, rapaces diurnes et nocturnes, chat et chien domestiques, pie pour les jeunes et surtout martre.

BIBLIOGRAPHIE

  • « Guide complet des mammifères de France et d’Europe », D. Macdonald, P. Barrett, Editions Delachaux et Niestlé, Paris 1995.
  • « Mammifères d’Europe », Helga Hofmann, Editions Nathan, Paris 1995.
  • « Inventaire de la Faune de France », Muséum National d’Histoire Naturelle, Editions Nathan, 1995.

Démarche non mercantile de valorisation de la biodiversité à travers la diffusion des connaissances, la diversité des points de vue et l'usage coopératif du multimédia.