Menu utilisateur

Glaucidium passerinum

Les Fiches BS

Glaucidium passerinum

Ecrit par Aye-Aye environ... dans Bio-Scène le 19 oct 2015

LES FICHES BS - ESPÈCES

La Chevêchette d’Europe

CLASSIFICATION

Règne : Animalia (Animal)
Classe : Aves (Oiseaux)
Ordre : Strigiformes (Chouettes et Hiboux)
Famille : Strigidae (Strigidés)
Genre : Glaucidium

DESCRIPTION

Taille : 15 à 19 cm,
Envergure 32 à 39 cm,
Poids : 60 à 75 grammes

La Chevêchette est très petite, de la taille d’un Etourneau. C’est le plus petit Rapace nocturne d’Europe. Les deux sexes sont de coloration identique, mais la femelle un peu plus forte. La Chevêchette se caractérise par :

  • Son dessus brun-gris ponctué de blanc
  • Son dessous blanchâtre à la poitrine brune (surtout sur les côtés), et au ventre finement rayé
  • Sa tête ronde et plate, proportionnellement plus petite que chez la Chouette de Tengmalm et la Chevêche d’Athéna
  • Ses disques faciaux peu marqués mais étroits lui donnant un aspect «renfrogné
  • Ses sourcils blancs nets
  • Ses petits yeux jaunes rapprochés
  • Son bec jaunâtre à la cire gris-bleu
  • Le bas de sa nuque présentant un dessin diffus et pâle formant un faux visage à effet dissuasif.
  • Sa queue brun sombre présentant quatre fines bandes blanches
  • Sa voix : un sifflement rapidement répété (6 ou 7 fois en 10 secondes), monosyllabique et doux, audible à 500-1000 m, rappelant le Bouvreuil pivoine ou le Petit-duc scops, mais plus étiré, plus aigu et à la fin un peu accentué :»piuk».

REPARTITION

On trouve la Chevêchette d’Europe depuis l’ouest de la Scandinavie et les Alpes jusqu’à la Sibérie orientale et l’embouchure de l’Oussouri. En France, elle est présente toute l’année dans les Alpes (de la Haute-Savoie aux Alpes-Maritimes), le Jura (au nord jusqu’à Mouthe, et dans le Doubs) et les Vosges (environs de Gérardmer).

Essentiellement sédentaire, elle ne quitte son territoire de nidification qu’à la suite d’une forte pénurie alimentaire. Dans le nord et l’est de l’Europe, elle effectue ainsi fréquemment des déplacements vers le sud.

HABITAT

  • Forêts de conifères ou mixtes d’Europe septentrionale et centrale

En montagne, la Chevêchette d’Europe  affectionne particulièrement les sapins et les épicéas âgés.

COMPORTEMENT

La Chevêchette d’Europe est surtout active au crépuscule, car elle voit mal dans l’obscurité complète. Elle est peu farouche, et peut se montrer quand on l’imite. Son vol est rapide, en dents-de-scie sur d’assez longs trajets. Elle se pose souvent à la cime des sapins, et fait pivoter sa queue ou la relève comme un Gobemouche.

Bonne chasseuse pour sa taille, elle peut tuer des proies plus grosses qu’elle. Lorsqu’elle a repéré une proie depuis son perchoir, elle l’observe en effectuant de nombreux mouvements de tête, hoche sa queue relevée et ouvre et ferme alternativement ses ailes à demi déployées. Au moment approprié, elle lance une attaque éclaire. Elle capture également les oiseaux en vol, et emmagasine ses provisions dans des cavités.

RÉGIME ALIMENTAIRE

La Chevêchette d’Europe se nourrit de petits oiseaux tels que les Mésanges, mais aussi de rongeurs (campagnols) et de reptiles.

REPRODUCTION

Le nid est construit dans un trou d’arbre, souvent dans une ancienne loge de Pic (épeiche, vert ou tridactyle). La cavité est nettoyée par les deux partenaires avant la ponte et la femelle y dépose des copeaux de bois et des fragments de pelotes de réjection. La ponte de 4 à 6 œufs s’effectue en avril-mai, l’incubation dure 28 à 29 jours, et le séjour des jeunes au nid de 30 à 34 jours. Seule la femelle couve, mais durant ce temps et pendant les premiers jours de vie des jeunes, le mâle la ravitaille en nourriture, qu’il présente devant le trou d’entrée. Les jeunes ne quittent la cavité de nidification que lorsqu’ils savent voler. Les Chouettes chevêchettes sont monogames, les couples ne durent qu’une saison.

STATUT

Espèce rare en France, quelques centaines de couples. Elle est protégée, annexe I (Directive oiseaux) et annexe II (Convention de Berne).

BIBLIOGRAPHIE

  • « Le Guide Ornitho », Lars Svensson, Killian Mullarney, Dan Zetterström, Peter J.Grant, Delachaux et Niestlé, 1999, 2000, Paris.
  • « Rapaces diurnes et nocturnes, Jürgen Nicolai », Editions Nathan, Paris 1995.
  • « Tous les oiseaux d’Europe », B.Bruun et al., Editions Bordas.
  • « Inventaire de la Faune de France », Muséum d’Histoire Naturelle, Editions Nathan, 1995.
  • « Identifier les oiseaux, comment éviter les confusions », A.Harris, L.Tucker, K.Vinicombe, Delachaux et Niestlé, 1992, Paris.

Démarche non mercantile de valorisation de la biodiversité à travers la diffusion des connaissances, la diversité des points de vue et l'usage coopératif du multimédia.