Menu utilisateur

Le Rationnel et l'Intuitif

Qui est derrière Bio-Scène ?

Le Rationnel et l'Intuitif

Ecrit par Aye-Aye environ... dans Bio-Scène le 12 oct 2003

Comment relier dans notre vie de tous les jours les spères conceptuelles du développement durable ?

Deux études de cas pour montrer que les approches entre un concept et sa mise en œuvre pratique peut – et doit ‑– se mettre de façon pragmatique en lien avec la vie de la Cité. Pour se faire, les progrès réçent de la neurobiologie nous enseigne un certain nombre de choses et peuvent nous aider à dépasser le cadre de nos représentations sur la place de l'homme dans son écosystème.

De la théorie à des applications pratiques…

Qu’est ce qu’une émotion, un sentiment ?
La joie et la tristesse, en particulier, sont les clés de notre survie et de notre bien être.

Non seulement les processus qui les expliquent préservent la vie en nous, mais ce sont elles [les émotions] qui nous motivent et nous aident à produire nos créations les plus admirables – l’art, bien sur, mais aussi les comportements éthiques, le droit, l’organisation de la Société… Expliquer la biologie des sentiments et des émotions qui leur sont intimement liées pourrait contribuer au traitement efficace de certaines des principales causes de la souffrance humaine, parmi lesquelles la dépression, la douleur, la toxicomanie.

Surtout, comprendre ce que sont les sentiments, comment ils fonctionnent et ce qu’ils signifient est indispensable pour édifier demain une conception de l’être humain plus pertinente que celle d’aujourd’hui ; cette conception prendrait en compte les avancées des sciences sociales, des sciences cognitives et de la biologie. À quoi bon ? Parce que la réussite ou l’échec de l’humanité dépend dans une large mesure de la façon dont le public et les institutions en charge de gouverner la vie publique intégreront cette conception revue de l’être humain dans leurs principes et leurs politiques.

La compréhension de la neurobiologie de l’émotion et des sentiments est une clé pour formuler des principes et des politiques capables de réduire la détresse humaine et de favoriser l’épanouissement humain. Les connaissances nouvelles concernent en effet la façon dont les êtres humains sont en proie à des tensions irrésolues (…).

Extrait de l’ouvrage de Antonio R. Damasio « Spinoza avait raison » – Joie et tristesse – le cerveau des émotions
Édition Odile Jacob – Mai 2003 – ISBN 2-7381-1264-1

De pratiques de terrain à un cadre méthodologique…

Les outils proposés par AAE depuis 1994 se sont révélés dans des démarches collectives pour permettre à nos différents publics - par le vécu personnel - de dépasser le cadre de la simple "représentation" et faire ainsi évoluer nos comportements vis-à-vis de la nature. Notre stratégie « Faire connaître la biodiversité » agit sur les pratiques individuelles et engage les 4 piliers du développement durable à « agir ensemble » dans une optique de coopération.

Le public visé peut alors se positionner en tant que citoyen à part entière – dans la norme du développement durable – et trouver du sens à son engagement (action locale) tout en participant à la construction d’une « responsabilité individuelle et collective » (interaction globale) pour un projet de société partageable entre tous. Nous sommes conscients que l’affirmation seule ne peut suffire à mobiliser des partenaires, notamment auprès des institutions politiques en charge des questions de développement durable. Depuis 10 années que l’association a été créée, des résultats concrets démontrent que le cadre méthodologique de AAE est véritablement opérationnel. Notre équipe se sent aujourd’hui arrivée à maturité pour partager des réponses concrètes avec les responsables politiques pour élargir la portée d’outils capables, en l’occurrence, de révéler un gisement potentiel en emplois dans une perspective de développement durable.

À l’issue de 10 années de Recherche / Actions, il nous semble aujourd’hui essentiel de faire une évaluation objective de notre démarche et de notre méthode pour dépasser certains freins au « développement durable » de notre projet. L’UNE DE NOS VISÉES : transposer nos résultats pour favoriser une appropriation du concept de développement durable par le citoyen Francilien en recoupant ce terme avec les notions de « diversité biologique » et « diversité culturelle » pour trouver un mode opératoire concret à cette « belle théorie » :

Mécanisme de transfert vers un engagement citoyen > Principe d’action

                                                                    La BIODIVERSITÉ
« Qu’est ce que c’est ? »                                   « VOIR »                              Objectifs
« A quoi ca sert ? »                                  « COMPRENDRE »                       Finalités
« Et pourquoi s’en préoccuper ? »                   « AGIR »                              Moyens

À partir de notre expérience de terrain, il ne s’agit plus de promouvoir un objectif aussi impalpable que le concept de développement durable, mais bien de provoquer et d’accompagner des comportements responsables et solidaires, démarche que nous appelons « attitude développement durable ».

En dépassant nos perceptions et représentations sur la place de l’homme dans la nature, il s’agit, in fine d’engager les acteurs du développement durable dans une stratégie cohérente porteuse d’une dynamique citoyenne et avec comme référent un scénario véritablement démocratique. À l’issue de ce travail, il sera donc possible de transposer localement nos outils et d’élargir la portée de notre action, en diffusant largement les principes et les méthodologies de la coopération et créer ainsi un cercle vertueux des bonnes pratiques.

Ainsi, nos finalités – qui consistent à favoriser un développement local véritablement respectueux des questions sociales et écologiques et à permettre des retombées en emplois à l’échelle d’un territoire – seront effectivement tenues. •

Démarche non mercantile de valorisation de la biodiversité à travers la diffusion des connaissances, la diversité des points de vue et l'usage coopératif du multimédia.