Menu utilisateur

Buteo buteo

Les fiches BS - Espèces

Buteo buteo

Ecrit par Aye-Aye environ... dans Bio-Scène le 19 oct 2015

LES FICHES BS - ESPÈCES

La Buse variable

CLASSIFICATION

Règne : Animalia (Animal)
Classe : Aves (Oiseaux)
Ordre : Accipitriformes (Buses, Aigles & Faucons)
Famille : Acipitridae (Accipitridés)
Genre : Buteo

DESCRIPTION

Taille : 46 à 58 cm,
Envergure : 110 à 132 cm,
Poids : 600 à 1150 g

La Buse variable est de taille moyenne. Les sexes sont de coloration identique, mais la femelle est plus grande que le mâle. Ses caractéristiques majeures sont :

  • Son corps assez trapu, brun sombre
  • Sa tête ronde
  • Son bec fort, crochu à l’extrémité, gris noir avec la base jaune
  • Son cou court et épais
  • Une bande plus claire entre la poitrine et le ventre sombres
  • Ses larges ailes, aux bouts entièrement digités, et au dessous blanchâtre à bord postérieur noirâtre
  • Sa queue moyennement longue, à bords droits et coins carrés, un peu ou nettement plus courte que la largeur des ailes, d’un blanc sale à barres grises serrées, avec une barre terminale noire.
  • Sa voix : bruyante pour un rapace, surtout au printemps, ressemblant le plus souvent à une sorte de miaulement plaintif «piiyèh» descendant, généralement émis en vol.

REPARTITION

La Buse variable est le rapace le plus commun d’Europe. Elle est présente dans toute l’Europe et l’Asie, depuis les îles du Cap-Vert, les Açores et les îles Canaries jusqu’au Japon, à l’Himalaya et à l’ouest de la Chine. Elle est également très commune en France (environ 50000 couples).

Les jeunes sont migrateurs partiels, tandis que les adultes sont sédentaires. Les buses variables de Scandinavie sont migratrices.

HABITAT

  • Tous les types de boisement depuis les petits bosquets des champs jusqu’aux forêts alluviales
  • Milieux ouverts, champs, prairies et marais.

COMPORTEMENT

Diurne, la Buse variable est généralement solitaire. On la trouve souvent posée à l’affût sur les poteaux téléphoniques, les clôtures au bord des routes, les tas de foin, les mottes de terre ou les branches basses d’un arbre isolé.

Elle chasse en zone ouverte, il est donc fréquent, surtout en hiver, de l’observer sur le bord des routes ou elle recherche les animaux écrasés par les voitures. Elle vole fréquemment en cercles assez haut, souvent la queue en éventail et les ailes légèrement avancées, levées en V aplati. Ses coups d’ailes sont raides, et assez rapides en vol battu, le vol reste cependant lourd et lent.

RÉGIME ALIMENTAIRE

La Buse variable se nourrit surtout des petits rongeurs (micro mammifères), mais elle mange aussi des reptiles, des batraciens, des insectes, des vers de terre, et plus rarement des levrauts. En période de pénurie, elle s’attaque aux charognes.

REPRODUCTION

L’aire de la Buse variable est aplatie et assez volumineuse, construite dans un arbre élevé au sein d’une futaie claire. Elle est garnie de rameaux verts. La ponte s’effectue en avril-mai et comprend 2 à 3 œufs. L’incubation dure 33 à 35 jours, et le séjour des jeunes au nid 40 à 49 jours. Seule la femelle couve, le mâle ne la relaye que rarement. Après l’envol, la dispersion des jeunes buses d’Europe centrale s’effectue le plus souvent en direction de l’Ouest.

BIBLIOGRAPHIE

  • « Le guide ornitho », Lars Svensson, Killian Mullarney, Dan Zetterström, Peter J.Grant, Delachaux et Niestlé, 1999, 2000, Paris.
  • « Rapaces diurnes et nocturnes », Jürgen Nicolai, Editions Nathan, Paris 1995.
  • « Tous les oiseaux d’Europe » de B.Bruun et al., Editions Bordas.
  • « Inventaire de la Faune de France », Muséum National d’Histoire Naturelle, Editions Nathan, 1995.
  • « Identifier les oiseaux, comment éviter les confusions », A.Harris, L.Tucker, K.Vinicombe, Delachaux et Niestlé, 1992, Paris.

Démarche non mercantile de valorisation de la biodiversité à travers la diffusion des connaissances, la diversité des points de vue et l'usage coopératif du multimédia.