Menu utilisateur

L'homochromie

Quelques mécanismes de la biodiversité

L'homochromie

Ecrit par Aye-Aye environ... dans Bio-Scène le 24 oct 2015

La Rainette-marteau - Trachycephalus hadroceps – qui vit en canopée et dont les couleurs la fond parfaitement à la cavité de l'arbre dans laquelle elle élève sa progéniture.


Le camouflage par homochromie est caractéristique des animaux blancs vivants dans les régions polaires et les montagnes recouvertes de neige.

Les petits oiseaux comme le bruant des neiges, les lagopèdes alpins, la perdrix à queue blanche et les mammifères arctiques tels les renards polaires, ne sont blancs que pendant les mois d'hiver. Au printemps, quand la neige a fondu, ils prennent une livrée d'un brun sombre, qui leur permet toujours de se dissimuler.

On peut citer comme exemple la rainette verte,qui, retirée de sa vase où elle passe l'hiver, peut orner sa robe verte de tâches ou de bandes brunâtres et substituer à sa couleur verte un gris jaunâtre voir brun...

L'homomorphie et l'homochromie sont parfois toutes les deux développées par un même animal.

Le crapaud cornu – Ceratophrys cornuta – peut combiner plusieurs types de camouflages et de déguisements : sa forme aplatie lui permet d'effacer les contours et de réduire la surface de son ombre. Il a aussi une silhouette irrégulière, des tâches qui se fondent avec l'environnement (la litière des forêts humides) et une rayure dorsale qui donne l'impression que le corps est coupé en deux.


On peut également citer l'exemple du Crapaud feuille qui s'aplati sur son substrat pour éviter l'ombre qui le trahirai.


Les podarges, oiseaux de la famille des engoulevents (Podargus strigoïde), lorsqu'ils sont aplatis sur une branche et bec tendu vers le ciel ressemblent à s'y méprendre à une branche oblique cassée.

Deux podarges en position de repos. - Source Wikipedia - "Tawny Frogmouth (Coverdale)". Licensed under Copyrighted free use via Wikimedia Commons


On peut aussi parler des Mantes-fleurs ou des Mantes-orchidées dont la forme et la couleur rappelle une fleur. Ainsi caché dans leur fleur, elles peuvent chasser sans être repérées.

Dans le cas des imitations collectives, des insectes se regroupent afin de former une sorte de fleur ou de fruit. C'est le cas des coccinelles à 7 points, qui, rassemblées, prennent l'aspect d'une grappe de fruits rouges de l'argousier. Dans l'est africain c'est un épi entier de fleur qu'imitent des insectes proches des cigales : les individus colorés différemment et étagés, ressemblent à des fleurs de plus en plus ouvertes. Certains Fulgoridés (homoptères) ou papillons ressemblent à des fleurs ou des pétales.

Les chenilles «arpenteuses» (des papillons géométrides) mimant souvent l'apparence de brindille, se fixent, au repos,en oblique sur une branche, par l'extrémité postérieure de leur corps, ce qui accentue le phénomène mimétique. Elles sont capables de rester immobiles ainsi pendant des heures, aidées, il est vrai, par un fil de soie qui soutient leur tête.

Il se peut aussi que certaines chenilles inoffensives imitent des animaux : par exemple la chenille du Bombyx du hêtre (Stauropus fagi), prend l'apparence d'une énorme fourmi vue de profil et celle d'une araignée lorsqu'elle est observée de face.

Toutefois, l'homotypie présente aussi des inconvénients surtout celui de diminuer la mobilité de l'animal : par exemple les mantes et les sauterelles qui ont subies d'importantes modifications pour ressembler à des feuilles plates se déplacent avec beaucoup moins d'aisance que les espèces proches non modifiées, il leur arrive donc ce rester empêtrées dans l'épaisse végétation.

 

A gauche l'Empuse commune – Empusa pennata – et à droite la mante religieuse – Mantis religiosa à l'affut dans la végétation


Remarque : sous le terme de chromatomimétisme on regroupe les animaux doués de capacité à changer de livrée à volonté.
On retrouve ces capacités adaptatives dans des groupes comme les céphalopodes (seiches, pieuvres...), les poissons plats (carrelets, soles...), les reptiles (Anolis, Caméléons), divers batraciens, les hippocampes, certains invertébrés (phasmes, crustacés).

Démarche non mercantile de valorisation de la biodiversité à travers la diffusion des connaissances, la diversité des points de vue et l'usage coopératif du multimédia.