Menu utilisateur

Parus major

Les Fiches BS

Parus major

Ecrit par Aye-Aye environ... dans Bio-Scène le 20 oct 2015

LES FICHES BS - ESPÈCES

La Mésange charbonnière

Règne : Animalia (Animal)
Classe : Aves (Oiseaux)
Ordre : Passeriforme (Passereaux)
Famille : Paridae (Paridé)
Genre : Parus

DESCRIPTION

Taille : ~ 14 cm,
Envergure 21 à 23 cm,
Poids : 16 à 21 g

La Mésange charbonnière est un oiseau commun. Les deux sexes sont semblables. Elle est caractérisée par :

  • Son corps allongé
  • Son dos vert
  • Son dessous jaune vif
  • Sa tête arrondie, noire avec les joues blanches
  • Son bec assez fort
  • Sa bande bleu-noir qui descend de la gorge au ventre (large chez le mâle, étroite et interrompue chez la femelle)
  • Ses ailes assez longues, légèrement pointues, gris-bleu
  • Ses pattes assez fortes
  • Sa queue assez longue, un peu échancrée, bordée de blanc
  • Son chant aigu et sonore : «tî-tyu tî-tyu» ou «tititu tititu»

REPARTITION

La Mésange charbonnière est présente sur une grande majorité de l’Europe, sauf l’Islande et l’extrême nord de la Norvège. Dans le reste du monde, on la trouve en Afrique du Nord et en Asie.

En France, elle niche toute l’année sur l’ensemble du territoire, jusqu’à 1500 m d’altitude en moyenne, y compris en Corse. C’est une espèce très abondante. Les Mésanges charbonnières françaises sont sédentaires, mais deviennent erratiques en hiver.

HABITAT

  • Forêts de feuillus, en particulier chênes et hêtres matures
  • Vieilles forêts de conifères
  • Bois, jardins, parcs, haies

La Mésange charbonnière fréquente ainsi toutes sortes de zones boisées, pourvu qu’il y ait les cavités nécessaires à son repos nocturne et à la nidification.

COMPORTEMENT

De taille intermédiaire entre un Moineau domestique et une Mésange bleue, la Mésange charbonnière est un petit oiseau non farouche qui possède la puissance et la combativité d’un gros passereau. Elle domine aux tables de nourrissage, jusqu’à l’arrivée d’un Verdier, Pic épeiche ou d’un Etourneau sansonnet. C’est un oiseau diurne, peu grégaire, qui s’associe parfois, en hiver, à d’autres Mésanges. Elle cherche souvent sa nourriture dans les buissons bas et au sol.

Assez vive, elle explore ainsi, d’un vol bref et onduleux, les branches, les troncs et les rameaux des arbres, et descend fréquemment à terre. 

RÉGIME ALIMENTAIRE

La Mésange charbonnière se nourrit, au printemps et en été, de nombreux insectes trouvés sur les branches et dans le feuillage des arbres. En automne et en hiver, elle consomme plutôt des graines, des fruits secs, des fruits charnus et des bourgeons. Elle apprécie alors particulièrement les graines de tournesol et la graisse

REPRODUCTION

La Mésange charbonnière niche dans une cavité d’arbre ou sur un nichoir artificiel, parfois même dans une boîte aux lettres (le plus souvent à moins de 6 m au-dessus du sol). Son nid est volumineux fait de mousse et d’herbes sèches, garni de laine et de crins. En avril ou en mai, après l’accouplement, la femelle pond de 5 à 14 œufs blancs tachetés de roussâtre qui éclosent après 13 à 14 jours. Les deux parents nourrissent les oisillons d’insectes pendant le séjour au nid. Les jeunes s’envolent au bout de 19 jours. Après l’envol des jeunes, la famille reste groupée une à deux semaines et se déplace ainsi d’arbre en arbre.

Quand la densité des populations est faible, il peut y avoir une seconde ponte. Elle a lieu en mai ou en juin.

BIBLIOGRAPHIE

  • « Le guide ornitho », Lars Svensson, Killian Mullarney, Dan Zetterström, Peter J.Grant, Delachaux et Niestlé, 1999, 2000, Paris.
  • « Tous les oiseaux d’Europe » de B.Bruun et al., Editions Bordas.
  • « Inventaire de la Faune de France», Muséum National d’Histoire Naturelle, Editions Nathan, 1995.

Démarche non mercantile de valorisation de la biodiversité à travers la diffusion des connaissances, la diversité des points de vue et l'usage coopératif du multimédia.