Menu utilisateur

L'homomorphie

Quelques mécanismes de la biodiversité

L'homomorphie

Ecrit par Aye-Aye environ... dans Bio-Scène le 24 oct 2015

Comme bon nombres d'animaux marin, la seiche – Sepia officinalis - est passée maître en matière de camouflage, à telle point qu'elle est surnomée le "Caméléon des mers". Photo Eric Feunteun / Cresco.


Côté animaux terrestres, les déguisements les plus répandus sont ceux qui consistent à prendre l'apparence de feuilles, vertes ou sèches, de brindilles dans les espaces boisées, de brins d'herbe en région semi-aride ou de pierres dans le désert.

Le criquet-phasme d'Amazonie - Pseudoproscopia scabra.


Les plus convaincants sont les insectes-feuilles, les phyllies originaires de l'Inde. Ils présentent de larges ailes plates absolument identiques, en forme et en dessin à des feuilles. Des expansions lamellaires sur les pattes et sur le corps simulent des morceau foliaires, donnant à l'animal l'aspect d'un bouquet de feuilles.

Les scarabées et autres coléoptères, quand à eux, se couvrent de poussières et de crottin. Chez les oiseaux les poussins de pluviers se confondent assez bien , dans leur nid avec les pierres du voisinage. De même dans sa livrée tachetée, un hibou caché au creux d'un arbre passerait facilement pour un morceau d'écorce. Ou l'oiseau tourne-pierre dans son nid adopte une position qui lui permet de se confondre avec son nid.

On peut aussi citer la position du butor parfaitement immobile qui dresse la tête et le cou afin de se confondre avec les roseaux. Il arrive que l'on puisse le toucher dans cette position tellement il est immobile.

Démarche non mercantile de valorisation de la biodiversité à travers la diffusion des connaissances, la diversité des points de vue et l'usage coopératif du multimédia.