Menu utilisateur

Aegolius funereus

Les Fiches BS

Aegolius funereus

Ecrit par Aye-Aye environ... dans Bio-Scène le 19 oct 2015

LES FICHES BS - ESPÈCES

La Nyctale de Tengmalm

(Images manquantes bienvenues)

CLASSIFICATION

Règne : Animalia (Animal)
Classe : Aves (Oiseaux)
Ordre : Strigiformes (Chouettes et Hiboux)
Famille : Strigidae (Strigidés)
Genre : Aegolius

DESCRIPTION

Taille : 22 à 27 cm,
Envergure : 50 à 62 cm,
Poids : 100 à 160 grammes

La Chouette de Tengmalm est assez petite. Les sexes sont de coloration identique, mais la femelle est un peu plus forte que le mâle.
La Chouette de Tengmalm est remarquable grâce à :

  • Son dessus brun à tâches blanchâtres et tacheture pâle diffuse sur les épaules
  • Son dessous blanchâtre à tacheture brune diffuse
  • Sa grosse tête avec une calotte plate
  • Son front finement perlé de blanc
  • Ses yeux de taille moyenne aux iris jaunes vifs et aux cercles oculaires noirs
  • Ses disques faciaux de couleur claire, cerclé de brun-noir créant un aspect «étonné»
  • Son bec jaune ivoire pâle
  • Ses ailes arrondies
  • Ses pattes abondamment couvertes de plumes blanches
  • Sa longue queue, barrée par de fines ponctuations
  • Sa voix : un cri habituel, «tchiak» retentissant. Le chant territorial s’entend surtout au printemps.

REPARTITION

La Chouette de Tengmalm est présente dans les régions boréales d’Europe et d’Asie, de la Scandinavie à la Sibérie orientale. On la trouve également en Amérique du Nord (Alaska et Canada), et dans les forêts de montagne d’Europe (massif alpin, chaîne des Carpates, Balkans). En France, la Chouette de Tengmalm est présente dans les Vosges, le Jura, les Alpes (de la Haute Savoie au Vaucluse et aux Alpes-Maritimes), le Massif central (Puy de Dôme, Haute-Loire) et les Pyrénées mais aussi en Bourgogne, Champagne-Ardennes et Lorraine. L’espèce se trouve en général entre 600 et 2000 m (à partir de 400 m dans le Nord-Est). La population française est de l’ordre de 2000 couples.

Généralement sédentaire, certaines vont parfois au sud en automne (surtout les femelles et les jeunes).

HABITAT

  • Forêts denses, surtout avec des petits marais et des clairières.

La Chouette de Tengmalm a une grande préférence pour les forêts de conifères entrecoupées de layons et de clairières en moyenne et haute montagne. Elle se trouve plus rarement dans les forêts de feuillus ou mixtes.

COMPORTEMENT

La Chouette de Tengmalm est strictement nocturne. En journée, elle se repose contre le tronc d’un conifère. Elle est ainsi difficile à observer ailleurs qu’au nid.

Son vol est calme et silencieux. Elle se déplace en vol battu direct avec des séries de vifs coups d’ailes et de brefs planés droits.  Elle chasse à l’affût en lisière de forêt et dans les clairières. Les proies sont localisées essentiellement à l’ouïe et capturées par surprise grâce à un envol soudain. En été, le surplus de proies est stocké sur un arbre étêté ou dans la fourche d’une branche, en hiver et pendant la période de reproduction dans une cavité d’arbre.

RÉGIME ALIMENTAIRE

La Chouette de Tengmalm se nourrit surtout de petits rongeurs : principalement des campagnols et des mulots, mais aussi des musaraignes et des petits oiseaux.

REPRODUCTION

La chouette de Tengmalm bâtit son nid dans un trou d’arbre, une ancienne loge de pic noir, ou un nichoir. Les cavités ne sont pas nettoyées et aucun matériau n’y est déposé. La ponte de 3 à 6 œufs a lieu en avril-mai. L’incubation est de 26 à 29 jours, et les séjours des jeunes au nid 30 à 32 jours. La femelle couve à partir du deuxième ou du troisième œuf. Pendant toute la durée de la couvaison et jusqu’à l’envol des jeunes, elle est approvisionnée en nourriture par le mâle qui dépose les aliments au trou de nidification. La femelle dépèce la proie et la distribue aux jeunes. Les Chouettes de Tengmalm sont monogames (parfois polygames). Les couples ne durent qu’une saison.

PREDATEURS

Les principaux prédateurs de cette chouette sont la Martre des pins et la Chouette hulotte.

BIBLIOGRAPHIE

  • « Le guide ornitho », Lars Svensson, Killian Mullarney, Dan Zetterström, Peter J.Grant, Delachaux et Niestlé, 1999, 2000, Paris.
  • « Rapaces diurnes et nocturnes », Jürgen Nicolai, Editions Nathan, Paris 1995.
  • « Tous les oiseaux d’Europe » de B.Bruun et al., Editions Bordas.
  • « Inventaire de la Faune de France », Muséum d’Histoire Naturelle, Editions Nathan, 1995.
  • « Identifier les oiseaux, comment éviter les confusions », A.Harris, L.Tucker, K.Vinicombe, Delachaux et Niestlé, Paris 1992.

Démarche non mercantile de valorisation de la biodiversité à travers la diffusion des connaissances, la diversité des points de vue et l'usage coopératif du multimédia.