Menu utilisateur

Le mimétisme batésien

Quelques mécanismes de la biodiversité

Le mimétisme batésien

Ecrit par Aye-Aye environ... dans Bio-Scène le 24 oct 2015

Comparer le patern de Oxyrhopus aff melanogenys (serpent vénimeux, mais non dangereux)…

avec celle de Micrurus hemprichii un élapidé (serpent corail) à la morsure potentiellement mortelle pour l'homme.


C'est le phénomène par lequel une espèce non protégée (le mime) en copie une autre (le modèle) qui est protégé par un quelconque système de défense. La théorie de Bates est fondée sur le fait que le prédateur, ayant appris à éviter le modèle après des expériences négatives, évite le mime, dont l'unique objectif est justement de ne pas être tourmenté.

Un des exemples les plus évidents, cités par Bates lui-même, est celui d'inoffensifs papillons aux ailes transparentes, les sésies apiformes, qui imitent les guêpes venimeuses. Elles ont un corps rayé de brun rougeâtre, de noir et de jaune, exactement comme un frelon ; leurs ailes sont dépourvues des écailles habituellement caractéristiques de lépidoptères.

C'est aussi le cas de certaines mouches, les bombylidés, qui se font passer pour des abeilles redoutables. Leur imitation ne se limite pas à leur aspect : un bombylidés bourdonne comme son modèle. Ainsi, si on offre ce type de mouche (en ayant pris soin de leur ôter leurs ailes) à des crapauds qui ont déjà fait la désagréable expérience de l'abeille, ils en acceptent quelques unes avec beaucoup de réticences.

Cette protection est également valable contre les araignées, qui battent en retraite lorsqu'elles perçoivent le bourdonnement caractéristique. Si, par mégarde, leur toile prend un bombylidés, elles s'en approchent avec prudence, se tenant à distance de l'abdomen où devrait se trouver l'aiguillon.

Il n'y a pas toujours de véritable mimétisme, comme le définit Bates, quand des individus sont naturellement semblables. Ainsi le papillon Nord-américain Monarque (Danaus plexippus) est presque identique au papillon vice roi (Lemenitis archippus), ils arborent des dessins semblables et effectuent le même vol lent. Ils appartiennent à deux Genres distincts, et les chenilles se développent en se nourrissant différemment.

Celles du monarque se nourrissent d'asclépiades, plantes riches en substances toxiques, et donnent naissance à des papillons non comestibles. En revanche, les chenilles du vice-roi, qui mangent des feuilles de peupliers et de saules, se transforment en papillons comestibles. Pourtant les oiseaux les évitent à cause de leur similitude avec les monarques.

Comparer la vipère arboricole Bothrops bilineata (Grage Jacquot) et cette couleuvre mimétique Xenodon werneri (Xénodon vert)

Ou ces deux espèces, l'une Xenodon rabdocephalus - (Xenodon petits-carreaux) couleuvre mimétique de Bothrops atrox - (Grage petits-carreaux) vipère potentiellement dangereuse.

Démarche non mercantile de valorisation de la biodiversité à travers la diffusion des connaissances, la diversité des points de vue et l'usage coopératif du multimédia.