Menu utilisateur

Sitta europaea

Les Fiches BS

Sitta europaea

Ecrit par Aye-Aye environ... dans Bio-Scène le 20 oct 2015

LES FICHES BS - ESPÈCES

La Sitelle torchepot

Règne : Animalia (Animal)
Classe : Aves (Oiseaux)
Ordre : Passeriforme (Passereaux)
Famille : Sittidae (Sitidé)
Genre : Sitta

DESCRIPTION

Taille : ~ 14 cm,
Envergure : 26 à 27 cm,
Poids : 20 à 24 g

La Sitelle torchepot est de même taille qu’une Mésange charbonnière. Les deux sexes sont semblables. Ses caractéristiques principales sont :

  • Sa forme allongée et son air "étrange"
  • Son dessus gris-bleuté
  • Son dessous chamois ou blanchâtre 
  • Ses flancs brun-roux. vifs 
  • Sa tête aplatie dans l’axe du dos avec :
  • Un bec long et pointu, gris ardoisé
  • Un œil brun
  • Un large trait noir partant du bec et se prolongeant en arrière de l’œil
  • Une gorge et des joues blanches
  • Ses ailes courtes et arrondies
  • Sa queue courte et carrée, gris-bleue bordée de noir sur les côtés et de blanc aux coins
  • Ses pattes robustes, courtes et puissantes, d’un brun jaunâtre
  • Ses cris flûtés, très sonores : «piu-piu-piu» ou «tuit-tuit-tuit»

REPARTITION

La Sitelle torchepot est présente toute l’année dans l’ensemble de l’Europe, excepté l’extrême nord-ouest. Elle est également présente dans le reste du monde : l’Afrique du Nord, l’Asie Mineure, la Russie, la Sibérie, la Chine et le Japon.

En France, elle niche sur l’ensemble du territoire, mais est plus rare sur le littoral méditerranéen (de l’Aude aux Bouches-du-Rhône) et totalement absente de Corse. Entièrement sédentaire, elle s’éloigne très peu de son territoire, même en hiver (seuls les jeunes sont erratiques en cette saison).

HABITAT

  • Forêts de feuillus (en particulier chênaies et hêtraies)
  • Bois mixtes
  • parcs,et vergers

La Sitelle torchepot préfère souvent les grands et vieux arbres riches en cavités.

COMPORTEMENT

La Sittelle torchepot est un oiseau diurne étrange. Nerveuse et pleine de caractère, elle se déplace en sautillant et ne cesse d’être en mouvement. Elle escalade ainsi les arbres et les branches, et descend les troncs la tête en avant.

En hiver, elle fréquente les jardins, mais le reste de l’année, c’est un oiseau forestier qui se nourrit aussi bien au sol, entre les racines, le long des branches mortes que dans les hautes branches des arbres. Elle possède un vol direct sur de brèves distances, légèrement onduleux sur de plus longs trajets.

RÉGIME ALIMENTAIRE

La Sitelle torchepot se nourrit d’insectes vivant sous l’écorce des arbres, d’araignées, de petits mollusques, mais aussi de graines (nourriture principale en hiver). Elle utilise l’écorce de certains arbres comme étau : elle y coince des cônes de pins, d’épicéas, des noix ou des noisettes, puis les frappe violemment avec son bec pour en extraire les graines.

REPRODUCTION

La Sitelle torchepot construit un nid très rudimentaire, fait de fragments d’écorces et de feuilles mortes, dans une cavité d’arbre (naturelle ou creusée par un pic). Elle a la curieuse habitude d’en maçonner l’entrée avec de la boue humide formant un ciment très solide en séchant, afin de réduire l’entrée à sa taille minimale pour en empêcher l’accès aux gros oiseaux et aux écureuils.

L’accouplement se déroule de fin mars à mai avec une (rarement deux) ponte par an comprenant 6 à 11 œufs. L’éclosion a lieu 14 à 15 jours plus tard, et l’envol des jeunes 23 à 25 jours après l’éclosion. Le jeune nidicole est couvert (uniquement au dessus) de duvet clairsemé gris foncé.

PREDATEURS

Essentiellement la Martre, l’Ecureuil ( sur les œufs et les jeunes), Fouine, et Rapaces divers. Plus rarement (de par leur rareté), les serpents comme la Couleuvre d’Esculape ou la Coronelle lisse, espèces de reptiles arboricoles.

BIBLIOGRAPHIE

  • « Inventaire de la Faune de France », Muséum d’Histoire Naturelle, Editions Nathan, 1995.
  • « Le guide ornitho », Lars Svensson, Killian Mullarney, Dan Zetterström, Peter J.Grant, Delachaux et Niestlé, 1999, 2000, Paris.
  • «Tous les oiseaux d’Europe» de B.Bruun et al., Editions Bordas.

 

Démarche non mercantile de valorisation de la biodiversité à travers la diffusion des connaissances, la diversité des points de vue et l'usage coopératif du multimédia.