Menu utilisateur

Le mimétisme mertensien

Quelques mécanismes de la biodiversité

Le mimétisme mertensien

Ecrit par Aye-Aye environ... dans Bio-Scène le 24 oct 2015

Un cas particulier du mimétisme optique est le mimétisme mertensien (du nom d'un herpétologiste allemand : Mertens), qui concerne aussi des espèces dotées de couleurs d'avertissement.

Certaines espèces constituent une menace mortelle pour leur éventuels prédateurs, les autres sont simplement désagréables pour ceux qui les attaquent, une 3ème catégorie d'espèces complètement inoffensives tirent profit de leur ressemblance avec les précédentes.

Les copieurs sont alors des serpents réellement dangereux (mimes mertensiens) et qui trouvent avantage à n'utiliser l'arme du venin pour des animaux à consommer, et non pour se défendre, en opposition au mimétisme des serpents inoffensifs (mimes batésiens).

Le cas classique du mimétisme mertésien est celui des serpents corail, qui font partie de la Famille des Élapidés.

Micrurus surinamensis, "vrai corail", à venin neurotoxique et dont la morsure peut être fatale pour l'homme.


Cette famille de serpents venimeux – à laquelle appartient notamment le cobra – doivent leur nom au motif caractéristique dont ils sont ornés : des anneaux de couleurs voyantes (rouge, noir, jaune ou blanc) qui se succèdent avec régularité. Ces serpents corail fabriquent un venin très puissant capable de tuer presque instantanément l'animal mordu.

De nombreux serpents corail sont imités par des serpents non venimeux de la Famille des colubridés comme l'inoffensif: le serpent rouleau d'Amazonie, Anilius scytale ou Erythrolamprus aesculapii​, tous deux nommés localement "faux corail". D'autres, comme le serpent-roi ont une ressemblance qui va au-delà de la couleur et du motif, dans la mesure où cette espèce imite de manière saisissante le comportement menaçant du serpent corail. 

Ci dessus, Erythrolamprus aesculapii​, serpent opistoglyphe (crochet venimeux en arrière de la gueule) mais considéré non dangereux, qui a une livrée de très près comparable au vrai corail, Micruru lemniscatus

Anilius scytale, appelé "faux corail", aglyphe (pas de crochet venimeux) dont les couleurs et les anneaux poussent les prédateurs à l'évitement.


De même, dans certaines région où les serpents corail sont absents vivent des serpents non venimeux qui les imitent. Il semble que l'une des interprétations possibles puisse être un stratégie pour ressembler à des espèces voisines, dangereuses mais non mortelles, dont la victime survit à la morsure.

Démarche non mercantile de valorisation de la biodiversité à travers la diffusion des connaissances, la diversité des points de vue et l'usage coopératif du multimédia.