Menu utilisateur

Athene noctua

Les Fiches BS

Athene noctua

Ecrit par Aye-Aye environ... dans Bio-Scène le 19 oct 2015

LES FICHES BS - ESPÈCES

La Chouette chevêche (Chevêche d’Athéna)

CLASSIFICATION

Règne : Animalia (Animal)
Classe : Aves (Oiseaux)
Ordre : Strigiformes (Chouettes et Hiboux)
Famille : Strigidae (Strigidés)
Genre : Athene

DESCRIPTION

Taille : 23 à 27,5 cm,
Envergure : 50 à 57 cm,
Poids : ~ 200 g

La Chouette chevêche est de petite taille. Les sexes sont de coloration identique. Elle se caractérise par :

  • Son dessus brunâtre tacheté de blanc
  • Son dessous blanchâtre aux rayures brunes serrées
  • Sa tête ronde et large
  • Un sommet de la tête très aplati
  • Son front fuyant au disque facial peu prononcé
  • Son sourcil oblique blanchâtre donnant une expression “sévère”
  • Ses yeux jaunes
  • Son bec gris-vert
  • Ses ailes assez courtes, larges et arrondies
  • Ses longues pattes
  • Sa courte queue
  • Sa voix : un cri habituel tel un jappement perçant “kiio”, en fausset, descendant, souvent répété indéfiniment.

REPARTITION

La Chouette chevêche est présente de l’Europe de l’Ouest, au fleuve Amour, mais également présente au nord et nord-est de l’Afrique. Encore répandue en France, elle est cependant en forte régression suite à la disparition de ses habitats (vieux vergers, friches) et aussi de ses proies (gros insectes). Elle niche partout, à l’exception de la Corse et des zones de montagnes situées au-dessus de 600 à 700 mètres d’altitude (1000 à 1100 mètres dans le Massif Central).

Sédentaire, elle se rapproche parfois des habitations lors des hivers rigoureux.

HABITAT

  • Régions ouvertes avec champs, prairies pâturées, bosquets, bocage avec haies et murets, parois rocheuses
  • Zones semi-désertiques

La Chouette chevêche préfère souvent les paysages agricoles ouverts de basse altitude, exploités peu intensivement et présentant une végétation basse, avec des perchoirs et des cavités de nidification.

COMPORTEMENT

Cavernicole et partiellement diurne, la Chouette chevêche est surtout crépusculaire et nocturne, avec un maximum d’activité au crépuscule. En journée, elle se tient au reposoir diurne mais aussi en situation exposée, comme sur des fils télégraphiques, des piquets, ou des bottes de foin. Inquiète, elle est souvent ramassée, excitée, elle se redresse puis se retasse tour à tour. Elle prend souvent son envol en plongeant de son perchoir. Son vol est rapide et onduleux sur de longs trajets.

La Chouette chevêche se déplace très souvent au sol, à la recherche d’insectes et de vers de terre. Les proies sont capturées, soit après un court vol d’attaque depuis un perchoir, soit après un vol d’inspection au ras du sol. Le surplus de proies est stocké.

RÉGIME ALIMENTAIRE

Très varié, le régime alimentaire de la chouette chevêche se compose tout de même en majorité de campagnols, de mulots et de souris. Elle se nourrit cependant également d’insectes, de petits oiseaux, de petits batraciens et de petits reptiles.

REPRODUCTION

La Chouette chevêche fait son nid dans un trou d’arbre ou de bâtiment, ou encore dans des terriers de lapin ou de souslik (Ecureuil terrestre). La femelle nettoie le site de nidification. La ponte, entre avril et juillet, comporte 3 à 5 œufs. L’incubation dure 27 à 28 jours, et le séjour des jeunes au nid 34 jours. Les œufs sont déposés à deux jours d’intervalle, et la couvaison débute à l’avant-dernier œuf. Le mâle ravitaille la femelle. Les jeunes sont encore approvisionnés en nourriture par leurs parents un certain temps après leur envol. Les chouettes chevêche forment des couples durables.

BIBLIOGRAPHIE

  • « Le guide ornitho », Lars Svensson, Killian Mullarney, Dan Zetterström, Peter J.Grant, Delachaux et Niestlé, 1999, 2000, Paris.
  • « Rapaces diurnes et nocturnes », Jürgen Nicolai, Editions Nathan, Paris 1995.
  • « Tous les oiseaux d’Europe » de B.Bruun et al., Editions Bordas.
  • « Inventaire de la Faune de France », Muséum National d’Histoire Naturelle, Editions Nathan, 1995.
  • « Identifier les oiseaux, comment éviter les confusions », A.Harris, L.Tucker, K.Vinicombe, Delachaux et Niestlé, 1992, Paris.

Démarche non mercantile de valorisation de la biodiversité à travers la diffusion des connaissances, la diversité des points de vue et l'usage coopératif du multimédia.