Menu utilisateur

Fiche-Sciurillus pusillus

Les Fiches BS - Guyane

Fiche-Sciurillus pusillus

Ecrit par Aye-Aye environ... dans France Equinoxiale le 17 oct 2015

LES FICHES BS - ESPÈCES

Ecureuil-nain néotropical (Neotropical pygmy squirrel - Anglais)

Ces images ont été prises en Guyane française, au mois d’octobre 2005, dans le cadre d’une mission scientifique organisée par l’ONF (Office National des Forêts) sur le Massif Lucifer Dékou-Dékou. Cette zone d’étude est située à 75 km au sud de Saint-Laurent-du-Maroni et à 55 km de la frontière surinamienne.


La rencontre exceptionnelle – grâce à nos techniques de « Randonnée arboricole » – avec cette espèce d'écureuil arboricole (Sciurillus pusillus), normalement plutôt discret,  a eu lieu à près de 45 mètres du sol (en canopée), à la cime d’un arbre de la forêt tropicale humide.
Ici, la présence d’humains n’est pas assimilée à un danger pour les nombreuses espèces qui peuplent cet univers encore largement méconnu des scientifiques, et plus encore du grand public. Les observations in situ sont donc grandement facilitées, pour le plus grand plaisir des sens.


CLASSIFICATION

  • Règne : Animalia (Animal)
  • Classe : Mammalia (Mammifère)
  • Ordre : Rodentia (Rongeur)
  • Famille : Sciuridae (Sciuridé)
  • Genre : Sciurillus

Sciurillus pusillus, l’Ecureuil nain néo-tropical, est le seul représentant de son genre. Il appartient à la même famille des Sciuridés que nos écureuils européens, tel l’Ecureuil roux  (Sciurus vulgaris).


DESCRIPTION

C’est un petit écureuil (35 à 40 cm de longueur totale, queue comprise), qui se tient bien à plat contre le tronc d’arbre. Il est uniformément marron foncé avec une queue à peu près de la longueur du corps, qui se tient toujours dans son prolongement. Il a deux taches blanches, très visibles, sur la face externe des oreilles, ce qui est un critère caractéristique de reconnaissance. Ses yeux sont marron brun avec un cercle oculaire plus clair.

​Mis en images en canopée à seulement quelques mètres de distance, l'opportunité de découvrir in situ le régime alimentaire de cet Ecureuil-nain a intéressé de très près les scientifiques


RÉPARTITION

Scirillus pusillus reste très localisé. Il ne se rencontre en effet que dans des forêts tropicales humides d’Amérique du Sud à condition qu’elles soient suffisamment anciennes. Cette espèce est seulement connue de trois grandes zones distinctes des Bassin Amazonien, Colombien et Péruvien (près d’Iquitos). Côté Amazonie, cet écureuil nain se réparti au Suriname, en Guyane française et au Brésil (en dessous du Rio Tapajos).

D'une agilité incomparable et totalement décomplexée, notre écureuil-nain fait des prodiges à plus de 40 mètres de haut.


COMPORTEMENT

Diurne et arboricole, le mâle est solitaire, tandis que les femelles se rencontrent souvent avec leurs petits. Au moment de la période de reproduction plusieurs mâles se disputent une même femelle. Cet Ecureuil se déplace très rapidement en courant tout le long du tronc. Il saute de branche en branche avec une agilité et une rapidité incroyable, en virevoltant comme le feraient de petits oiseaux. Sur des troncs plats, ou sur les branches en canopée, ils ont un comportement très caractéristique qui consiste à produire des voltes face de façon quasi-instantanée. Et peu importe qu’ils aient 40 ou 50 mètres de vide en dessous d’eux, leurs griffes  étant leur « assurance tout-risque » pour réaliser ces acrobaties aériennes à vous couper le souffle.

Les voltes-faces – même dans des positions qui nous semblent inconcevables à nous pauvre terriens – sont d'une vélocité à peine croyable


Ils passent quasiment toujours d’arbre en arbre depuis la canopée. Il est donc très rare de l’observer au sol.

  • Leur petite taille fait que ces écureuils sont très difficiles à localiser, surtout depuis notre « plancher des vaches », où ils sont bien souvent fondus dans le houppier toujours très dense.
  • Mais n’étant pas spécialement farouches, ils se laissent tout de même relativement facilement observer lorsqu’on a la chance de les rencontrer.

RÉGIME ALIMENTAIRE

Ce petit écureuil pleinement arboricole recherche sa nourriture aussi bien de tout en bas de l’arbre jusque très haut en canopée – disparaissant ainsi du regard. Plusieurs individus peuvent se nourrir sur un même arbre (au moins 4). Cette espèce se nourrit essentiellement d’une substance liquide grattée de la surface interne de l’écorce d’un arbre. Ils arrachent des petits morceaux externes de l’écorce de certains gros arbres (souvent Inga spp.). A noter que le Sciurus aestuans (Ecureuil d'Amazonie - Guianan squirrel), ainsi que 3 autres espèces de Microsciurus se nourrissent de la même écorce d’arbre que Sciurilus pusillus.

En attendant devant de tels arbres ainsi marqués, donc aisément reconnaissables, il est beaucoup plus probable d’observer l’animal (bien que certains oiseaux affectionnent aussi certaines écorces). Lors de leur recherche de nourriture sur le tronc, la queue est portée bien à plat dans le prolongement du corps. Elle est animée par de petites impulsions sans pour autant jamais remonter au-dessus du corps (contrairement à Sciurus aestuans).

Les jeunes, tout en se nourrissant près de leur mère, s’amusent à courir activement autour du tronc.

A partir de cette observation rare, il semblerait que ce ne soit pas l'écorse que cet écureuil consomme, mais plutôt le suc qui s'échappe du tronc après l'arrachage de la partie superficielle de l'arbre


VOIX

C’est très souvent par le son qu’il émet que l’on peut s’apercevoir de la présence de Sciurillus pusillus dans les parages.

PRÉDATEUR

Rapaces de sous-bois.

STATUT

Il est localement commun, mais l’on remarque que sa distribution est extrêmement inégale, même pour les zones géographiques et les forêts bien étudiée. Ce qui suppose une adaptation à des caractéristiques d’habitat particulier (comme une espèce d’arbre spécifique telle que l’Inga) mais qui peuvent varier selon les zones où il est présent.


  • Bibliographie
    Olalla, A.M. 1935. El genero Sciurillus representado en la Amazonia y algunas observacions sobre el mismo. Rev. Museu Polista 19 :425-40
    Anthony, H.E., and G. H. H. Tate. 1935. Notes on South America Mammalia. No. I. Sciurillus. Am Mus. Novitates,no. 780.
    Neotropical Rainforest Mammals - A Field Guide, Second Edition – Text by Louise H. Emmons – Illustrations by François Feere – Chicago

Démarche non mercantile de valorisation de la biodiversité à travers la diffusion des connaissances, la diversité des points de vue et l'usage coopératif du multimédia.