Menu utilisateur

Pourquoi le terme Archipel ?

Faire Archipels

Pourquoi le terme Archipel ?

Ecrit par Aye-Aye environ... dans Bio-Scène le 18 juin 2020

L’Archipel porte en lui un imaginaire puissant capable de répondre aux enjeux présents et futurs.

Une métaphore pour faire société autrement

Les Archipels sont des groupes d’individus qui forment des ilots et des iles pour réaliser des projets en commun. Des pirogues-projets nourrissent des relations entre chaque ile et mutualisent ainsi des compétences. Connectées aux autres archipels elles font ainsi  « Société en Archipels ».

Et si j’en étais un maillon ?

Rares sont aujroud'hui les individus absolument hors sol (sauf les cyniques) pouvant affirmer sans rougir que tout va bien et que donc rien ne doit bouger Ces derniers, de toutes les façons, sont aujourd’hui totalement décrédibilisées car les faits sont têtus...

La très grande majorité voudrait (légitimement) changer mais se retrouve emprisonnée dans cet environnement de contraintes économiques extractivistes et ultra-prédatrices qui nous enferme contre notre gré. Il s'agit d'explorer les voies d’émancipation d’un modèle qui nous emmène tout droit dans le mur. Pour cela, un changement de regard sur notre place dans le monde peut nous être d'un grand secours.

« Avec une tête en forme de marteau
on voit tous les problèmes sous forme de clou ».

Le monde actuel peut être qualifié de «pensée continentale». Cette vision affirme qu’il n’y a pas d’alternative au business as usual. De fait, en sortie de confinement, les tenants de ce modèle globalisant et uniformisant ne proposent qu’un simple retour à l’anormale. 

Pour sa part, la «pensée en Archipels» offre l’opportunité d’aborder avec un autre regard les questions de dérèglements climatiques, d’effondrement du vivant, et plus globalement des vulnérabilités de nos sociétés…

En prenant de la distance vis-à-vis de ce qui génère les problèmes, il devient possible d’explorer de nouvelles voies, comme de mettre en place une Paix économique organisée en Archipels : elle est coopérative, redistributive, régénérative et entièrement dédiée aux communs et mène à la Symbiose.


Démarche non mercantile de valorisation de la biodiversité à travers la diffusion des connaissances, la diversité des points de vue et l'usage coopératif du multimédia.